Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2014

Au sommet des idées

«Vivre mon rêve, réaliser mon rêve. Je sonde mon esprit tous les soirs afin d'essayer de me saisir, mais je n'y parvient pas. Quand je cherche à me saisir moi-même, mon esprit ne me présente qu'un flux permanent de pensées, insensés et sans rapports les unes aux autres. La misère de cette situation est pénible, désolante. Si je ne suis même pas capable de me saisir moi-même, puis-je être certain de devenir ce que je projette de devenir ? Puis-je avoir un projet si mon esprit est instable ? Certaines de ces pensées me détruisent, me broient, m'éjectent hors de cette cabane spirituelle que je me suis moi-même construite pour m'isoler d'une réalité insoutenable. Je ne suis qu'un rien, qu'un océan de pensées instables, sans destin précis ou visée précise.  Où trouver de l'aide ? Où trouver refuge ? Dieu ? Grand Dieu, toi qui sais pourtant tous ce que les gens pensent, et toi qui, soit disant, sais et leur dis ce qu'il faut qu'ils fassent, donne

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction :  Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le

Méthodologie de la dissertation philosophique

A l'approche du bac, la majorité de mes confrères de terminale se posent une question à la fois importante et légitime : mais comment je vais faire pour réviser la philo, c'est impossible, trop d'auteurs, trop de notions, ah oui, et puis, c'est quoi une dissertation ? Comment faire une dissertation correcte ? Vous vous sentez visés dans cet énoncé ? Pas de problème, c'est normal, et vous allez peut-être remarquer qu'il n'est pas nécessaire à l'approche du bac d'acheter des bouquins du genre : "la philosophie pour les nuls" ou autres illusions commerciales, qui ne font que vous enfoncer dans un espoir désespéré. Pour régler un problème, dans une dissertation, comme dans un problème banal de la vie quotidienne, il faut partir de sa base, je veux dire du noyau, du cœur, ou de l'essence comme dirait Platon ! En somme, la méthode ! Car, bien qu'on ait du mal à l'accepter, une dissertation bien rédigée, respectant la forme et l

Au Soleil Levant

Jolie lumière du matin, éclaires la plaine pour moi, Il n'y a rien d'autre que je préfère en ce monde au fait de pouvoir me lever et regarder l'horizon avec toi,  Jolie aurore, mélanges-toi aux étoiles à nouveau, Te rappelles-tu ce jour, le jour où mon voyage a débuté,  Je suis si haut, si haut, monté si haut,  Et je te regardes d'ici en me demandant s'il est possible que tu penses encore à moi,  Tu m'avais dit, sois franc avec moi, m’emmènera-tu avec toi ? Mais j'ai pris la route tout seul, pour te donner une chance,  Et aujourd'hui, je réalise qu'il n'y a pas de chemin inverse,  Cherche qui est seul désormais, ce n'est pas moi,  Non, ce n'est pas moi,  Où suis-je désormais ? Et où es-tu maintenant ?  Poses-toi désormais la question à toi aussi,  Où suis-je ?  L'ennui était mon seul ami, et il est de retour, Il rend mon corps plus vieux qu'il ne l'est en réali