Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2014

Exister

« Tu vis certains jours avec la certitude que quelque chose te manque sans savoir précisément de quoi il s'agit. Tu te réfugies dans la musique ou dans autre chose pour masquer la réalité et sublimer la douleur. La routine est aussi un masque, oui, faire tous les jours la même chose, aller au lycée, au collège ou au boulot te permets d'oublier un peu. Mais la réalité retombe quand tu n'as plus rien pour occuper tes pensées. Tu en a marre de cogiter alors tu dors, mais quand tu te réveilles ça reviens. Tu ne sais plus depuis combien de temps ça dure, peut-être un an, deux ans, allez trois ans que tu t'enfermes dans un solipsisme sans t'en rendre compte, les autres ne te comprennent plus et tes amis disparaissent peu à peu car tu ne penses plus comme eux. Tu continues à croire au bonheur, tu te dis que tu trouveras un jour ce qui te manque, alors que la base de ce manque et ce qui le fait vivre, c'est cet espoir absurde. La vie est décevante par

Peut-on concevoir un monde sans l'Homme ?

Peut-on concevoir un monde sans l'Homme ? Ce sujet, pour le moins palpitant et intéressant, nous a été donné afin d'en rédiger l'introduction, mon intérêt pour lui a été tel, que je me suis décidé en rédiger la dissertation entièrement, bonne lecture ! Introduction : La première chose qu'on note à la question de savoir si l'on peut concevoir un monde sans l'Homme, est un paradoxe qui n'est pas évident à distinguer. En effet, en voulant répondre spontanément à cette question, on coure droit vers le contresens et on risque de produire une dissertation de biologie. Tout l'enjeu de ce sujet se trouve dans la bonne déduction du sens des termes du sujet. Il ne faut pas comprendre ici le terme "concevoir" au sens de construction ou de formation, mais au sens de représentation par l'esprit et d'imagination. Il ne faut pas non plus prendre le "monde" au sens premier du terme, c'est à dire au sens physique d'ense

Les lois ont-elles pour but de préserver et d'augmenter la liberté ?

Pour répondre à cette question,  je vous propose un commentaire que j'ai effectué et réussi pour un devoir sur table au lycée, je m'appuie bien sur avant de publier ça, sur les remarques que mon professeur a faite sur ma copie, donc, je l'ai bien entendu, corrigé par moi même, avant publication, bonne lecture. Il s'agit d'un texte extrait du Deuxième traité du gouvernement civil de John Locke. " Il est certain que la fin d'une loi n'est pas d'abolir ou de restreindre la liberté mais de la préserver et de l'augmenter. Ainsi, partout où vivent des êtres crées capables de lois, là où il n'y a pas de lois il n'y a pas non plus de liberté. Car la liberté consiste à n'être pas exposé à la contrainte et à la violence des autres ; ce qui ne peut se trouver là où il n'y a pas de loi. La liberté n'est toutefois pas, comme on le prétend, le loisir pour tout homme de faire ce qui lui plaît - qui, en effet, serait libre là où n'

L'importance du professeur pour apprendre à philosopher.

« Afin de parvenir, comme l'enfant qui va à l'école et qui est éduqué par ses parents, à devenir autonome, celui qui aime la philosophie doit être éduqué par son professeur de philosophie afin qu'il le pousse à penser par lui-même. En effet, à force d'entendre le professeur transmettre son savoir, on fini souvent par réfléchir à tout. Il est vrai que depuis qu'en classe de terminale, j'ai des cours de philosophie, j'exerce ma pensée dans tous les domaines, et je n'ai plus peur de dire ce que je pense, car je n'émet pas d'opinion, mais des discours bien réfléchis. Il est certain que tous ce qui tient sur des arguments à peu près solides, mérite d'être écouté. Mais pour en revenir au sujet principal, le professeur est incontournable. C'est en voyant mon professeur de philosophie raisonner sur beaucoup de sujets contemporains, et en remarquant que malgré certains points où je n'étais peut-être pas d'accord avec son point de vue, j