Accéder au contenu principal

Qu'est-ce qu'un menteur ?

Les mots sont des prononciations malléables, totalement libres et contingents. Mais les actes sont des réalisations. On définit généralement le menteur, comme celui qui énonce des propos en les tenant pour vrai, alors que ceux-ci sont faux. Ainsi donc le menteur, serait, du point de vue de l'exigence morale, celui qui ne répondrait pas à la nécessité de véracité dans les propos énoncés à l'autre. Pourtant, il faut analyser en profondeur, différents degrés de mensonge, et pourquoi pas, écarter certaines conceptions erronées.
On le sait, une telle réflexion est intensément liée à la morale. Or, la morale a ceci de spécifique qu'elle dépend de celui qui décide de la respecter, tout en étant un «devoir». Partant de ce principe, un problème se pose vis-à-vis de la définition du menteur : en effet, on peut distinguer en premier lieu, deux types de menteur. En éducation, il est inculqué aux élèves un enseignement. Cet enseignement, en tant qu'il est jugé essentiel pour la vie future, se doit d'être vrai. C'est pourquoi, afin que l'histoire puisse être enseignée à ceux qui ne l'ont pas vécu, il faut que son enseignement soit basé sur un travail scientifique. Or, admettons que l'on enseigne à des élèves, l'histoire (basée sur un travail scientifique), qu'ils l'enregistrent en eux, la tenant pour vraie, mais qu'il y ait eu des erreurs dans le travail des scientifiques. Ces élèves, en prenant l'histoire qu'on leur a appris pour «vraie», iront raconter à d'autres, cette même histoire. L'histoire qu'ils raconteront, étant basée sur une erreur, sera donc fausse. Si l'on considère le menteur comme celui qui affirme ce qui est faux, alors ces élèves mentent. Mais peut-on pour autant juger ces élèves comme étant des «menteurs» ? D'un point de vue moral, non, car ils pensent dire vrai. Leur acte aurait été immoral, uniquement si leur action était intentionnelle, autrement dit, s'ils agissaient dans le but de tromper. Voilà donc, la première conception de menteur que l'on connaît, et que l'on vient de retourner. 
Il est simple alors de comprendre que, le menteur véritable, est celui qui dissimule la vérité, tout en la connaissant. Celui qui connaît la vérité, mais ne veut pas la dire, ne sera considéré comme un menteur, que si on lui demande s'il la connaît, et qu'il dit non. On peut tout à fait dire connaître la vérité, mais ne pas vouloir l'énoncer. Il doit donc y avoir une adéquation entre l'état d'esprit, et l'acte pour n'être pas un menteur. Le menteur est déchiré entre ce qu'il dit être, et ce qu'il a l'air d'être. Dès lors, aussi paradoxal que cela puisse paraître, on peut mentir, sans pouvoir être considéré comme un menteur, à condition qu'on l'assume par ses propos et sa manière d'être. Mentir, c'est donc se trouver dans un paradoxe interne : assurer par ses propos, dire la vérité, mais ne pas avoir l'attitude adaptée à ses propos. Le menteur n'est pas lui-même. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …