Accéder au contenu principal

La femme noire, un amour perdu en reconquête

Image associée
Lupita Nyong'o
Le temps qu'il m'a fallu pour apprendre à apprécier la beauté de la femme noire n'a d'égal que le travail qui est entretenu depuis notre tendre enfance et qui a pour effet de la rabaisser non seulement elle, mais aussi l'homme noir de façon générale. Les plaisanteries discriminantes, les comparaisons aux singes, les moqueries sur la taille et la forme du nez . Tous ces éléments ne font partie que de la discrimination active qui a été exercée sur nous. C'est-à-dire le racisme brut, sans volonté quelconque de dissimulation. 

La discrimination passive quant à elle, consistait en la mise en valeur perpétuelle, dans la publicité, d'un certain idéal blanc au sens épidermique et capillaire. Les cheveux lisses comme idéal capillaire, puisque les meilleurs produits n'étaient conçus que pour ceux-là, et la peau blanche comme idéal épidermique, pour la même raison. Je ne dis pas que ces publicités étaient, par essence, diffusées pour faire passer un message discriminant, mais plutôt qu'elles diffusaient ce message de façon subliminale, et sans forcément que cela ne soit voulu. 

Sans jamais affirmer quoique ce soit, elles formataient les esprits. Et les séries également, en mettant en valeur un certain mode de vie, un idéal de romance en valeur plus qu'un autre, faisaient le même travail. À tel point que certaines personnes de couleur, pas nécessairement par volonté d'imiter cette tendance, mais plutôt parce que leur vision du réel avait été modifiée, sont devenues comme insensibles à la beauté de leurs semblables. Ainsi il ne m'est pas rare d'entendre : "les femmes noires me dégoûtent", "ce sont des hommes", "elles ont mauvais caractère", ou encore "les cheveux crépus ont un aspect sauvage, animal". Ces mots, ce sont ceux que les publicités et les séries diffusées à longueur de journée n'avaient pas prononcé. C'est pourquoi je qualifie leur discrimination de passive et non d'active. 

Lorsque que j'ai pris conscience de la valeur que portait notre différence, je suis progressivement retombé amoureux de la femme noire. Ses cheveux crépus, ses lèvres exagérément pulpeuses, son caractère bien souvent trempé, et son amour inconditionnel, lorsqu'il existe, pour son être, ses enfants et ses autres semblables. 

Beaucoup ne comprendront qu'à moitié ce que j'écris, en se disant que j'exagère et que mon discours est paranoïaque, mais sachez qu'en ce moment même aux États-Unis, beaucoup de producteurs noirs notamment, rencontrent des difficultés à faire diffuser leurs films pour la seule raison que leur casting n'intègre pas assez de diversité. Ou, pour être plus clair : parce qu'il n'y a pas assez de blancs dans leurs films. Si les gens sont capables de penser que l'absence de diversité est une chose négative pour un simple film, comment ont-ils pu fermer les yeux pendant des années pour des publicités ?

La communauté noire doit agir en soutenant les films de ces producteurs, en allant les voir. Non pas pour renforcer la discrimination mais pour montrer que d'autres idéaux, que d'autres mondes encore inconnus et possibles existent sous notre peau d'ébène.

Commentaires

Unknown a dit…
Belle réflexion !
Johan BANZOUZI a dit…
Merci beaucoup, ça fait plaisir !

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …