Accéder au contenu principal

Suis-je condamné à être libre ?

Suis-je condamné à être libre ? Cette question contradictoire nous permettra de nous rapprocher d'un des philosophes que j'ai le plus apprécié lorsque j'ai découvert la philosophie : Jean-Paul Sartre. Le philosophe français affirmait que l'homme était "condamné à être libre". L'affirmation sonne d'autant plus paradoxale que la liberté est par excellence l'opposé absolu de la condamnation. Est libre celui qui n'est soumis à rien, dont la volonté n'est pas obstruée, éteinte ou étouffée par quelqu'un ou quelque chose d'extérieur. Ce qui, par conséquent, fait de la liberté un idéal d'accomplissement dans la mesure où être libre consiste justement en la possibilité de suivre sa volonté sans aucune contrainte. La condamnation se présente quant à elle, plutôt comme l'influence d'une force extérieure sur la volonté ; je suis condamné à partir du moment où, quoique je veuille, les choses sont décidées par une force qui me dépasse, de sorte que ma volonté n'a plus aucune autorité. Comment alors Jean-Paul Sartre, peut-il, avec autant de facilité, mêler ces deux concepts opposés sans faire un contresens ?

Résultat de recherche d'images pour "condamné à être libre"Il faut, dans un premier temps connaître les piliers de la philosophie Sartrienne. Pour lui, l'homme arrive sur terre en tant que néant, c'est-à-dire sans définition, sans rien qui ne puisse, à sa naissance dire ce qu'il est ni ne sera. Cette idée est condensée dans la célèbre affirmation du philosophe qui dit que "l'existence précède l'essence". Affirmation qui suppose dans un premier temps que Dieu n'existe pas, puisque, selon l'auteur, si Dieu existe, alors l'homme a une définition, un rôle prédéfini à la naissance. Il ne peut donc pas être libre puisque Dieu lui a tracé par avance un certain destin. Or, si l'existence précède l'essence, l'homme n'a pas de destin à la naissance, il n'est ni bon ni mauvais, ni ceci, ni cela. En effet, l'essence, c'est ce qu'on ne peut pas retirer à une chose, au risque de la dénaturer, d'en faire autre chose que ce qu'elle est. Par exemple, l'essence de la télévision, ce serait son écran, car sans un écran, il ne s'agirait plus tout à fait d'une télévision. Or, explique Sartre, si je me rends à l'accouchement d'une femme, voit son bébé naître, je n'ai absolument aucun élément qui m'aiderait à dire ce qu'il sera, puisqu'il n'a pas encore été plongé dans le monde, il n'a pas encore fait de choix. 

Image associée
Jean-Paul Sartre
En s'opposant à l'idée qu'un Dieu ait "conçu" l'homme puis l'ait fait exister par la suite, afin qu'il réalise ce pour quoi il a été conçu, Jean-Paul Sartre fait reposer sur lui toute la responsabilité de sa propre existence. Ce qui est spécial cependant avec le discours de l'auteur français, c'est qu'il parvient à transformer cet idéal positif qu'est la liberté en réalité effrayante. Il est vrai qu'il paraît bien plus difficile de vivre en sachant que Dieu est là pour juger les actes humains, de s’efforcer d'agir en suivant ce que réclame sa volonté, de tout faire pour ne pas fauter, que de vivre en sachant que quoiqu'il arrive, on sera le seul à pouvoir répondre de ses propres actes. Or, répondre de ses actes, signifie aussi pouvoir être reconnu pour ces derniers en tant qu'un certain modèle de l'être humain, puisque les actes sont des façons pour l'individu d'exprimer sa vision de ce que doit être un homme. L'homme qui agit en faveur d’œuvres caritatives, considère donc en son for intérieur que tout homme devrait agir de cette façon, et ainsi définit l'homme à son image. L’assassin aussi, par conséquent, en agissant comme tel, définit l'homme en général comme un assassin. Les conséquences ne sont pas des moindres, puisque cela signifie qu'à chaque fois que l'on agit, on est responsable de ce que les actes que l'on commet disent de l'homme, de la façon dont ils le définissent. On est donc responsables à la fois de soi et des autres, de ce que ses actes disent de soi, et des autres. Quelle insoutenable responsabilité!

On peut alors se demander comment cela peut-être possible d'être libre, totalement libre, tant il y a de choses qui nous déterminent à agir d'une certaine façon plus que d'une autre. Sartre dit que nous sommes certes conditionnés par des forces extérieures, mais pas déterminés par celles-ci. L'homme est par exemple conditionné par son sexe, son salaire, sa classe etc.. Et tous ces éléments, placent son existence au cœur d'une "situation". La situation pourrait-être définie comme l'environnement dans lequel s'exprime la liberté. Pour Sartre, on est libre, peu importe la situation dans laquelle on se trouve. C'est-à-dire que même menacé avec un fusil sur la tête, obligé à dénoncer un camarade sous peine d'être tué, l'homme est libre de choisir, même si le supplice de la mort constitue une pression insupportable. Dans cette situation, si l'homme choisit de dénoncer pour rester en vie, il ne pourra pas prétendre que c'est le risque de mourir qui lui a fait faire ce choix, puisqu'il aurait tout à fait pu choisir d'être tué plutôt que de dénoncer. Au contraire, c'est même cette situation de danger qui a mis en évidence encore plus que d'habitude, la liberté de l'homme concerné.

En observant attentivement, on voit que la définition préalable que l'on donnait à la liberté n'est plus ce qu'elle était. Du moins, on comprend rapidement que la liberté n'est pas positive au sens où elle ouvre la porte des possibles, mais qu'elle fait plutôt peser sur l'homme, la responsabilité de ses actes, qu'il le veuille ou non, situation difficile ou non. C'est pourquoi Sartre nous dit qu'il s'agit d'une condamnation et non d'un choix. En fait, dit Sartre, je suis une liberté qui choisit, mais je ne choisis pas d'être libre : je suis condamné à la liberté. Et ce, aussi longtemps que je serai vivant, en prison ou pas, dépassé par mes passions, par les situations ou pas, mes actes définiront toujours l'homme que je suis. Mais la condamnation ne repose pas seulement sur le fait que je ne puisse pas échapper à ma liberté, mais également sur le fait que, dès le départ, je ne choisisse pas d'exister et que je ne me fasse pas exister moi-même. Par conséquent, non-seulement je n'ai pas choisi de venir au monde, mais en outre, je suis condamné à m'y définir par mes choix, condamné à choisir quel homme je serai dans cette vie que je n'ai pourtant pas choisi de vivre. Seul un Dieu transcendant, venant donner un sens à ma venue sur Terre pourrait supprimer cette absurdité absolue, mais pour Sartre, ce compromis n'est pas discutable.

Ainsi, pour l'auteur l'homme existe d'abord et se définit ensuite, c'est-à-dire à sa mort, car tant qu'il est vivant, il est susceptible de devenir autre que ce qu'il est, grâce à la liberté à laquelle il est condamné.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …