Accéder au contenu principal

Absence


Échantillon d'amour,

Je pense à toutes ces années passés avec toi,

Combien de temps maintenant,

Je ne sais plus,

Mais si j'étais Dieu,

Je te garderais dans mon paradis,

Mais dis-moi donc pourquoi tu es partie,

Me laissant comme ça comme un enfant privé de ses parents,

J'ai fermé mon cœur à toute possibilité,

Je ne dors plus et je ne mange plus,

Mais mon  cœur bat,

Dans sa faible volonté, mais pour toi,

Dans l'espoir de te revoir,

De te revoir un  jour,

Je serai toujours présent,

Je suis toujours seul,

Je t'appelles parfois sans réponse,

Au bord du suicide, mon cœur refuse de cesser de battre,

Montre moi la route que je dois prendre,

Une route sans arrivée,

Mais qui suis-je finalement ?

Privé d'une part de moi-même,

Toi, qui est partie et m'a abandonné, 

N'oublies pas que bien que l'homme soit un être changeant, 

Les choses, elles, restent des choses, 

Tu me répétais sans cesse qu'on ne se séparerait jamais, 

Que malgré les peines on résisterait,

Mais aujourd'hui, tu décides de t'en aller,

Avec qui me laisse-tu ? 

Tu m'abandonne livré à mes vieux démons et mes vieilles plaies, 

J'ai même été à la recherche de la mort, 

Je l'ai trouvée, mais même elle  a refusé de m'accueillir,

De tout ce temps que nous avons passé ensemble,

Ne serait-ce qu'un jour, 

Tu as tout oubliée,

Le mouvement tourmenté de ce monde t'a perverti et formaté le cerveau, 

C'est pourquoi tu ne comprends plus rien et ne vois plus rien,

Tu étais la créatrice de ma législation d'amour, 

Et malgré ça, tu en a violé les lois, 

Mais dis-moi donc mon amour, pourquoi ? 

Si j'étais policier, je t'arrêterais certainement, 

Mais je me méfie du jugement de ce monde détraqué,

Car c'est un monde où tout jugement s'achète, 

Tout est question de liens, de familiarité, 

Mais moi qui n'ait plus de famille,

Je ne peux rien faire, 

Il me reste néanmoins l'amour, 

J'essaye de laisser tomber, mais mon cœur refuse, 

Reviens-moi, ne serait-ce que pour une nuit, 

Bien que je te sois certainement devenu méprisable,

Attends au moins le lever du soleil pour t'en aller complètement, 

Reste avec moi au moins une dernière nuit, un dernier sommeil, un dernier rêve, une dernière tendresse,

J'ai vu énormément d'autres femmes, mais mon cœur, lui, ne réclame que toi, 

Je n'aime que toi, 

Alors réétudies mon cas s'il te plait, je t'en prie,

Même si je ne suis pas très intelligent, 

J'ai néanmoins toujours été présent, 

Tu as gâché ma vie, 

Et même si je ne suis pas assez bon pour toi, 

J'ai néanmoins toujours été présent, 

Aimes moi, comme tu aimes les autres,

Montre moi s'il te plait, quelle route emprunter, 

Une route si possible, sans retour, 

Hier, tu me jetais des fleurs, 

Aujourd'hui, tu me balance de l'herbe, 

Moi qui m'étais tant habitué à ta compagnie, 

Toi qui m'a dévoilé l'essence de l'amour véritable.


Absence, Johan Banzouzi

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …