Accéder au contenu principal

Du Néant à l'amour

« Le plus dur je pense, c'est de constater que personne ne vous comprend, même pas vous-mêmes. Quand vous êtes comme ci ou comme ça sans savoir pourquoi. Les autres penseront qu'il s'agit juste d'une mauvaise habitude sans savoir qu'il s'agit d'un appel au secours, que personne n'entend malheureusement, et qui peut s'avérer parfois n'être  jamais entendu par personne, si ce n'est par ce vide qui se trouve en nous et que l'on appelle « conscience ».

 Qui n'a jamais essayé de se renfermer sur lui-même pour trouver un réconfort que le monde extérieur ne parvenait pas à lui donner ? Qui n'a jamais lu ces phrases sur les réseaux sociaux affirmant qu'il vaut mieux avancer seul que mal accompagné ou encore qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même ? Mais qui n'a jamais en même temps ressenti le vide que provoque le repli sur soi ? L'amplification de la solitude que donne à sentir le repli sur soi n'est due qu'à une seule chose ; la conscience n'est rien. Pour que le repli sur soi puisse nous soulager, il aurait fallut que la conscience soit un objet, et qu'elle nous permette de nous saisir nous-même. Or, il n'en est rien, la conscience est un néant fondamental, elle n'est que mémoire et sentiment de présence à soi. Et dans nos moments solitude, nous avons besoin de dialogue et non de souvenirs, car le passé  ne répond pas aux questions. 

Concernant ce sentiment d'incompréhension de soi, il s'explique en ce que la conscience est une structure échappant à toute saisie, il est en ce sens normal qu'elle se trouve dans l'incapacité de se saisir elle-même. Ainsi, ne pas pouvoir se comprendre ou se connaître n'est pas anormal, et ce n'est pas dans un hypothétique « inconscient » que le problème est caché. Les conséquences semblent rudes mais il ne s'agit pas d'un échec pour autant. S'il se trouve que par moments, nous changeons d'humeur, c'est tout simplement par désir d'autrui. C'est qu'il y a quelque chose en rapport avec les autres qui nous tracasse, or, se replier sur soi revient, dès lors, à éviter le problème. La solitude ne peut être combattue que par l'amour, et l'amour n'est pas en soi, mais se trouve dehors, vers les autres. 

Parfois, il arrive que l'on se demande pourquoi on existe, pourquoi on continue à vivre une vie aussi pénible sans justification particulière, en somme, que l'on se demande si la vie vaut ou non la peine d'être vécue. Une telle situation n'a pas d'autre cause que le manque d'amour. Pour vivre correctement, l'être humain a besoin d'amour, car l'amour n'est rien d'autre que ce sentiment d'avoir une raison d'exister, une raison d'être au monde. On comprend mieux maintenant, que la souffrance est ce qui nous rappelle l'absurdité de l'existence, cette absence de sens plus qu'évident. Mais l'absurdité de l'existence doit être combattue par l'amour, qui, je le répète, ne se trouve jamais en soi, mais dehors, vers le monde humain. Que la conscience cherche l'amour ou le réconfort à l'intérieur d'elle-même et elle se condamne au désespoir, qu'elle ose aller vers l'autre, donc vers ce qui n'est pas elle et elle s'assure de ne plus souffrir. »

Du Néant à l'amour 

Johan Banzouzi


« Au lieu de nous sentir de trop, nous sentons à présent que cette existence est reprise et voulue dans ses moindres détails par une liberté absolue qu'elle conditionne en même temps — et que nous voulons nous-mêmes avec notre propre liberté. C'est là le fond de la joie d'amour, lorsqu'elle existe : nous sentir justifiés d'exister. »

Jean-Paul Sartre, l'Etre et le Néant, 1943


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …