Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2014

Lettre à un homme - Sortir de l'engrenage infernal de la passion

          «Tu la quitte en la laissant là, sans excuse valable, sans savoir qu'en agissant ainsi, tu la rend incapable d'aimer quelqu'un d'autre. Elle t'aimait vraiment et tu lui fait regretter d'avoir osé plonger dans le fleuve de la passion. Tout au fond de ce fleuve, elle se noie car tu as lâché sa main et tu es remonté à la surface seul. Dans ce fleuve, elle trouvera d'autres poissons, avec qui elle tentera de remonter à la surface mais en vain car elle ne les aimera pas vraiment, et les abandonnera comme toi tu l'as fait. Tu ne le sais pas encore, mais d'autres femmes ont subi le même sort, et elles sont elles aussi prêtes à se venger sur toi... C'est ainsi que fonctionne le cercle vicieux de la passion. Tu en trouvera une autre avec qui te sentira heureux, au point d'oublier qu'une autre se sentait pareillement heureuse avec toi, cette même autre que tu n'as pas hésité à négliger pour ton bonheur personnel, en égoïste profond q

De l'autre côté du Bien

 «  Observez-donc le mal dans le monde. Observez l'histoire et ce que l'homme peut faire à son semblable. Dans tout ce bazar il est évident que Dieu n'y est pour rien. Croyez en Dieu si vous le voulez mais cessez d'affirmer que sa volonté s'accomplit sur Terre dès que l'homme accomplit quelque chose de bon, et d'accuser le Diable dès lors que l'homme fait le mal. Tout ce qui est à l'oeuvre dans le monde, c'est l'humanité elle-même. Arrêtez d'accuser des entités afin de déresponsabiliser l'homme de ses actes. Personne n'est perdu, mais tout le monde est responsable. On peut faire le mal même en ayant la foi et faire le bien même en étant athée. Vous insultez les mères et les sœurs d'autrui et vous prétendez croyants avant de vous coucher, stop, le Diable n'agit pas sur vous, vous êtes le Diable ! Que vous êtes le Diable ne signifie pas que vous avez été conditionnés par une entité aux mauvaises intentions, mais tout simple

Le sens de la vie

« La souffrance est ta seule amie, et elle vient de nouveau frapper à la porte de ton cœur aujourd'hui. Mais elle ne vient pas pour une simple visite, elle t'emmène pour un voyage sans retour.  Sans commencement ni fin. Avec un départ mais sans arrivée. Elle te pénètre, envahit ton sang et toutes tes cellules. Rendant ton corps plus vieux qu'il ne l'est réellement. La souffrance pense qu'il est grand temps que tu t'en ailles, et nul ne vient à ton secours. Nul ne vient lui dire qu'elle a tort de penser ainsi. La souffrance connaît et est ta seule voie, une voie pleine de blessures. La seule voie pour tomber. Fort comme l'était ton cœur, Il s'attendrit en cessant de battre. Je t'observe pousser ton ultime souffle. Ses battements se font rares désormais. Je sais ce que cela signifie. Tu l'as choisie, tu as décidé de la suivre. Tu as choisi la souffrance. Si ton âme avait des ailes, je pourrais la regarder quitter ton enveloppe charnelle. C'