Accéder au contenu principal

Lettre à un homme - Sortir de l'engrenage infernal de la passion

          «Tu la quitte en la laissant là, sans excuse valable, sans savoir qu'en agissant ainsi, tu la rend incapable d'aimer quelqu'un d'autre. Elle t'aimait vraiment et tu lui fait regretter d'avoir osé plonger dans le fleuve de la passion. Tout au fond de ce fleuve, elle se noie car tu as lâché sa main et tu es remonté à la surface seul. Dans ce fleuve, elle trouvera d'autres poissons, avec qui elle tentera de remonter à la surface mais en vain car elle ne les aimera pas vraiment, et les abandonnera comme toi tu l'as fait. Tu ne le sais pas encore, mais d'autres femmes ont subi le même sort, et elles sont elles aussi prêtes à se venger sur toi... C'est ainsi que fonctionne le cercle vicieux de la passion. Tu en trouvera une autre avec qui te sentira heureux, au point d'oublier qu'une autre se sentait pareillement heureuse avec toi, cette même autre que tu n'as pas hésité à négliger pour ton bonheur personnel, en égoïste profond que tu es.

          Cela t'étonne-t-il que l'amour puisse rimer avec l'égoïsme ? Et bien tu as raison, l'amour ne peut pas rimer avec l'égoïsme car sa finalité est collective. Aimer une femme, signifie la désirer au point de ne faire qu'un avec celle-ci. Cependant, en y réfléchissant, ne constates-tu pas que l'amour ne brille bien souvent qu'au début d'une relation ? Et que, bien souvent aussi, la lumineuse flamme de la passion s'éteint toujours en l'un des deux êtres aimants ? C'est que l'amour est, tout comme l'être humain, un mouvement incessant, ne se satisfaisant, aussi paradoxal que cela puisse te paraître, que de ce détachement brutal. Si tu as quitté cette femme avec qui tu nageais, ce n'est finalement pas tout à fait par égoïsme, mais par désir de mouvement, de changement. Dès lors, une question te viens certainement à l'esprit. Comment dès lors, l'amour pourrait-il être chose éternelle ? 

          Incapable comme tu l'étais de rester avec une seule femme, tu dois désormais te dire que, comme Dom Juan, tu es condamné à errer de relation en relations sans jamais trouver la femme qui te rendra heureux. Pourtant, tu l'as bien compris, si l'essence de l'amour, c'est le changement, alors il est tout à fait possible pour toi de rester avec une seule femme, et de faire en sorte que cette femme ne soit jamais tout à fait la même. Cependant, un tel choix suppose que tu n'aimes pas seulement la femme qu'elle est dans l'immédiat, mais que tu oses voir plus loin, afin d'aimer la femme qu'elle sera plus tard, encore absente et retenue par le flux du temps. C'est peut-être un peu étrange d'aimer un objet qui n'existe pas encore, mais pourtant, c'est ce qu'est le véritable amour. Notes bien en effet que, si tu aimes ce que cette femme n'est pas encore, alors elle te manquera sans cesse, tu la désirera à jamais, à tel point que tu n'en désirera aucune autre. Si tu ne parviens pas à voir l'avenir avec elle, alors c'est que tu ne l'aimes pas, elle n'est qu'un passe-temps. Elle, qui osera voir l'avenir avec toi, sera seule dans l'illusion tandis que tu sera à la recherche du bonheur. 

          Ainsi, la femme qui partagera la même vision que toi, sera celle qu'il te faut. Retiens bien que l'amour, n'impose pas forcément de sacrifice, il nécessite juste d'être connu et compris, afin de ne pas faire d'erreur et de ne pas faire souffrir inutilement. Tu ne peux plus rien faire pour cette première femme que tu as abandonné, mais tu peux néanmoins éviter la même peine à une autre. Aimer c'est donc, à travers celui ou celle qu'on aime, voir le futur, c'est-à-dire l'ensemble des éléments qui ne sont pas présents, tout en profitant de l'instant présent».

Lettre à un homme


Johan Banzouzi

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …