Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2015

D'où vient la haine des étrangers ?

   «Une pensée pour ceux qui ne savent toujours pas, qui ne comprennent toujours pas à cause de qui certains doivent trimer pour réussir dans la vie : c'est à cause d'eux, ces hommes en costume, qui, du haut de leur buildings les regardent s'effondrer petit à petit. Ces hommes qui font mine de penser à eux en proposant des soit disant aides sociales, qui au fond n'ont pas d'autre buts que de les rendre fainéants, de les dissuader de vouloir monter plus haut et de les dépasser. Ils ne les aident pas mais les enfoncent. Certains ne veulent pas être soumis, et décident de se lancer dans des activités illicites, sans se rendre compte que c'est en vérité ce vers quoi la disposition du monde moderne les ont tournés. Devant la souffrance de sa famille, un jeune garçon est susceptible de se sacrifier pour subvenir aux besoins de la famille, quitte à se tourner vers des activités interdites, c'est-à-dire vente de drogue etc.. Mais d'où vient réellement le problè

Dieu, le hasard et la responsabilité

«On voudrait Dieu comme guide qui montre le chemin à suivre. Seulement, derrière cette volonté, se cache souvent un désir de ne plus être totalement responsable de ce qu'on fait, ou même de ce qui arrive. Lorsqu'il arrive quelque chose, on ramène donc souvent l'origine des événements à la volonté de Dieu. Un homme qui égard un objet essentiel voir vital, qui le retrouve à un moment désespéré, aura le sentiment d'avoir eu affaire à une faveur divine du fait qu'il était tellement désespéré qu'il n'était à ses yeux même plus possible de le retrouver. Lui parler alors de hasard serait lui faire un affront. Mais pourquoi ne peut-on pas croire au hasard tout en croyant en Dieu? C'est que lorsque l'on croit en Dieu, on croit non seulement en l'idée qu'il existe, mais aussi qu'il est à l'origine de l'existence des choses elles-mêmes. Par esprit extensif, ou par désir d'agrandir son impact et sa puissance, on finit par lui attribuer l

Peut-on exister sans amour ?

«Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J’ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un œuf. Il faut croire que je n’étais pas indispensable. J’aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu’un. A propos, je t’aimais. Je te le dis à présent parce que ça n’a plus d’importance.»   Jean-Paul Sartre    On commence cet article par cette très belle citation de Jean-Paul Sartre car elle illustre parfaitement la question que l'on va se poser à présent ; peut-on exister sans amour ? Une question un peu absurde si l'on conçoit le terme «existence» comme le terme «vie». Heureusement, grâce à la philosophie, on a appris à distinguer ces deux termes. Vivre, c'est répondre aux besoins primaires, biologiques : boire manger. Mais exister, comme on l'apprend avec l'existentialisme ou encore la phénoménologie, c'est «être-au-monde» comme le