Accéder au contenu principal

Un nombre infini de fois... L'éternel retour

Souvent, nous nous interrogeons sur le sens de nos vies, sur la question de savoir si tout ce que nous faisons a un intérêt, ou même, plus simplement, si nos choix d'hier, auraient pu, s'ils étaient différents, changer notre demain.. En bref, tout se passe comme si, nous nous posions la question du sens de l'existence avant même de l'avoir vécu ! Ainsi, nos regrets, nos peines, nos questionnements s'entassent comme le travail que nous avons à faire alors que nous passons notre temps à nous demander s'il vaut la peine d'être fait. Mais n'est-il pas absurde finalement, de s'interroger sur une chose non terminée, non aboutie? Un peu comme, s'interroger sur la beauté finale d'un tableau, alors que nous sommes encore en train de le peindre? 
C'est ainsi que Nietzsche a compris qu'en réalité, nul (encore moins l'homme), ne peut juger de la valeur de vie, tout en en faisant partie. Tant que nous vivons, nous ne sommes pas aptes à déterminer si cette vie, aussi stupide que nous la concevons, vaut le coup ou non d'être vécue. Toutefois, Nietzsche n'efface pas tout jugement de valeur personnel sur nos propres actes. Ce n'est donc pas parce que nous ne savons rien sur la valeur de la vie, que nous ne pouvons pas créer nos propres valeurs individuelles. Et si c'est possible, alors nous pouvons envisager de juger de la valeur de la vie que nous avons mené. Mais de quelle façon?
C'est qu'en réalité, la question du sens de l'existence, ne doit se poser qu'à la fin ; ce moment où nous pouvons enfin observer notre oeuvre. Le défi de Nietzsche est le suivant ; il s'agit à ce moment, de se demander ce que nous ferions si le choix nous était donné de revivre la même vie, à l'exactitude près, et ce, «un nombre infini de fois»! La même vie, c'est à dire, avec ses hauts et ses bas, son bonheur et ses malheurs, la souffrance qu'elle contient et même ses pertes. C'est presque effrayant, mais il ne semble pas y avoir de meilleur barème de jugement de réussite pour la vie. Comment pourrions-nous, en effet, accepter cette vie, qui déjà en pleine expérimentation, nous semblait si pénible et compliquée. De même, tous ces moments douloureux, peut-être même parfois, la perte d'êtres chers dont nous n'arrivons parfois jamais à nous remettre. Comment pourrions-nous accepter de revivre tout ça?
Nietzsche n'y voit q'une seule solution, et elle se nomme Amor Fati, ou l'amour de son sort. Toute l'idée de ce concept repose dans une phrase condensée : «vis comme si, dans tout ce que tu veux faire, tu voulais le faire un nombre infini de fois.» Il s'agit donc, de tout vouloir au cours de sa vie ; souffrance, plaisir, perte, gain. Puisqu'en effet, qu'aurions-nous à éviter dans le fait de revivre la même vie, si nous y avons tout voulu et accepté ? C'est qu'Amor fati, signifie surtout, amour du destin, et le destin est par excellence, ce sur quoi nous n'avons aucun contrôle. Accepter de revivre cette vie est donc accepter le fait qu'il y ait parfois des choses qui nous dépassent et  malgré tout, garder notre amour de la vie intact. Par l'amour de notre destin, nous effaçons dans nos vies, toute crainte et tout regret final ; et y sommes préparé, c'est la définition même de la sagesse. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …