Accéder au contenu principal

Carpe Diem


Plus puissant que la beauté au sens physique, il y a le charme. Je n'ai jamais trouvé plus puissant élément que le charme. Qu'est-ce que le charme ? C'est un ensemble de qualités qui ressortent de l'attitude, de la façon d'être  d'une personne. Lorsque je parle de qualités, je sous-entend qu'elles n'existent que vis-à-vis d'une autre personne qui les perçoit. Car il n'y a de charme de la part d'une personne, que pour une autre. Ainsi, ce qui est source de charme pour une personne peut être source de répulsion pour une autre. Mais une chose reste certaine, c'est que ce qui fait le charme de chacun, est quelque chose de bien enfoui, de dissimulé au plus profond de lui. Et le charme ne se simule pas puisqu'il relève, au contraire, de ce qu'on ne peut pas cacher, même en y mettant toute sa volonté.  

Le charme, c'est la puissance qu'une personne dégage à son propre insu. Pour être plus clair : nul ne sait ce qui fait son propre charme jusqu'à ce qu'une autre personne, ne le lui fasse savoir. Et quand bien même il fût au courant, le jugement de la personne charmée reste beaucoup trop subjectif pour avoir un quelconque impact sur l'ego du charmeur. Une démarche , une façon d'appréhender une certaine situation, des attentions, une certaine timidité ou encore un caractère réservé, sont de nombreux éléments, qui, s'ils sont naturels, selon l'individu qui les appréhende, peuvent constituer une source d'admiration. Parmi tous ces éléments, rien ne relève de la beauté physique. Pourquoi ? Parce que l'influence du charme prime sur la beauté physique et influence même le jugement. C'est ce qui, dans la plupart des films à l'eau de rose, est représenté : le plus beau garçon pour toutes les filles, n'arrive jamais à séduire celle qui l'ignore car celle-ci le trouve hautain la plupart du temps. 

Chacun devrait s'efforcer de ne pas ressembler à ces groupies au cinéma qui ne s'arrêtent que sur ce que les gens dégagent physiquement et finissent déçus car un beau visage ou des muscles dessinés ne fournissent pas d'amour, d'attention. La beauté du corps, la vitalité des muscles s'estompent avec le temps. Les épreuves de la vie font périr le corps là où ce qui fait notre charme reste indissoluble. Si il est conseillé d'écouter son cœur avant ses yeux, c'est parce que le cœur ne peut voir que des qualités que la personne qu'il admire ne simule pas. De la même façon que Dieu juge l'esprit et non les actions ou les apparences seules puisqu'une bonne action peut cacher des intérêts malsains. La beauté ne fait pas le charme mais le charme contribue à embellir l'individu. Et si la beauté physique peut s'acheter, le charme lui est gratuit et naturel. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

L'homme est-il un être à part dans la Nature ?

 Introduction :
   En concevant la Nature comme un système clos régi par ses propres lois, et en considérant que l'homme, minuscule comparé à elle, en fait partie intégrante, alors il est possible de penser qu'il n'en constitue pas une exception, il est tout comme le reste des êtres vivants, soumis à ses lois, et ne peut ainsi, pas être distingué à la manière d'un « élu ». Pourtant, toujours en considérant l'homme d'un point de vue biologique, mais en ne lui négligeant pas ce qui constitue bel et bien une spécificité en lui étant propre, à savoir la « conscience », un problème se pose puisqu'il ne nous serait plus possible de l'intégrer totalement à une liste d'êtres vivants ordinaires. La conscience serait dès lors ce qui constituerait sa plus forte démarcation du reste de la Nature, elle l’élèverait au dessus des autres par l'aptitude qu'elle lui offre, qui n'est autre que celle d'être conscient de sa propre présence. Mais bien qu…

Doit-on tout faire pour être heureux ?

Introduction : Le bonheur, pour l'opinion, réside dans la satisfaction des désirs nous procurant du plaisir, ce qui sous-entendrait que pour être heureux, il suffirait d'accumuler le maximum de plaisirs possibles. Un tel point de vue rend donc légitime, puisque le bonheur vise notre bien, la mise en oeuvre accentuée de la recherche de plaisirs. Et dès lors se demander si l'on doit tout faire pour être heureux, c'est s'attendre à une réponse positive. Cependant, la question prend une toute autre tournure dès lors que l'on comprend que le : "doit-on", ramène à l'idée de devoir et d'impératif. Ainsi, la question devient plus problématique puisqu'elle devient : Faut-il faire de la recherche de plaisirs un impératif ? Mais nos conclusions depuis le début sont peut-être erronées car nous concevons le bonheur comme obtention de plaisirs, or, ce qui différencie le bonheur du plaisir, c'est que le bonheur est durable et constant, tandis que le …